Énorme fatigue sur la Transpyrénéenne

Publié le par HRP

Voilà plus de neuf jours qu’ils sont en route, par monts et par vaux : Stéphane et Lionel ont parcouru plus de 600 km, n’ont dormi que quelques maigres heures chaque jour, et pas toujours dans les meilleurs conditions (voir la dernière actu). À moins de 100 km de leur but, ils sont pratiquement « cramés ».


Aux dernières nouvelles, à 16 h 45, l’équipe d’assistance les attendait au Refuge de Batère, situé à 1 500 m d’altitude, au km 611 de la traversée. Ils étaient sans nouvelles des coureurs depuis de longues heures, panne de batterie de téléphone. La position des balises GPS n’a pas été rafraîchie depuis cette nuit.


Pas d’inquiétude puisque Stéphane et Lionel sont sur le GR10, de plus accompagnés par Antranik. Le temps est correct, il n’y a plus d’orages. Ils sont juste épuisés, et mettent un temps considérable à progresser sur des sentiers pas toujours évidents.


Que dire du record ? Que les coureurs ne sont plus dans le tempo pour finir en moins de 10 jours, c’est à peu près clair. Nous ne savons pas exactement où ils se trouvent à l’heure actuelle, mais leur capacité de progression n’est plus suffisante pour clore les 70 à 80 km manquants d’ici demain 5 h 30. Ils peuvent toutefois finir dans la matinée, voire en milieu de journée, ce qui resterait une performance ÉNORME.


Dans tous les cas, ce qu’ils ont déjà accompli est énorme. Il reste « juste » un gros, voire un énorme effort à accomplir pour achever cette grande aventure.

Photo : grosse fatigue pour Stéphane (fin Transpy 2008)

Publié dans En direct

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Albert 11/03/2010 10:20


Je vous informe qu'une course semblable mais par la route a été effectuée il y a une vingtaine d'années par 3 sportifs : Rizzo Henri, Israel et Cheikboukal. C'était la transpyrénéenne marathon, un
marathon par jour et par sportif. Cette course organisée grâce aux Laboratoires BIOCODEX a servi à tester un défatiguant, la malate de Citrulline et a servi à rédiger une thèse de médecine de la
fac de Montpellier (Isabelle X qui est devenue épouse Franchini)dont j'ai présidé le jury. Le docteur Gascou surveillait les sportifs avec l'aide de Mr Jean-Claude Boubay. Ce fut donc par la route
Hendaye-Cerbère.
Albert Callis


basile 03/08/2009 00:34

Steph, Lionel, un énorme respect pour ce que vous êtes en train d'accomplir. Bravo et courage pour les derniers km !!

Merci à toute l'équipe d'assitants hors pairs de nous permettre de suivre tout cela

Jérome 02/08/2009 18:59

Allé les gars... Profitez de ce sprint final! On est tous derrière vous! Courage.

Jérome